ABONNEZ-VOUS    I   CONNECTEZ-VOUS  I   RECEVEZ LA NEWSLETTER  I   AIDE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chroniques Créé le mardi 24 avril 2012 17:52 Écrit par Isabelle Germain
E-mail

Depuis que Nicolas Sarkozy a fait sa sortie sur le « vrai travail » droite et gauche s’affrontent. Oubliant les femmes qui travaillent globalement plus que les hommes et gagnent moins.


« Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille»... Devant son QG de campagne au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy s’est enflammé. Ses opposants y ont vu un clin d’œil appuyé aux électeurs du FN priés de comprendre qu’il voulait privilégier les travailleurs français versus les étrangers assistés qui viennent manger notre pain. François Hollande a immédiatement répliqué dans son discours de Lorient. « Cela voudrait dire qu'il y aurait un faux travail en France ? » a demandé le candidat socialiste.
Et Nicolas Sarkozy d’enfoncer le clou avec son équipe : « Le vrai travail, c'est celui qui a construit toute sa vie sans rien demander à personne, qui s'est levé très tôt le matin et s'est couché très tard le soir (...) C'est celui qui dit ‘toute ma vie, j'ai travaillé, j'ai payé mes cotisations, j'ai payé mes impôts, je n'ai pas fraudé, et au moment de mourir je veux laisser tout ce que j'ai construit à mes enfants sans que l'Etat vienne se servir’...» Et ses lieutenants de reprendre sur l’air de : l’assistanat, cancer de la société.

En face, les syndicats voient une instrumentalisation du défilé du premier mai. Gérard Filoche, militant socialiste, inspecteur du travail à la retraite, détaille ce que travail veut dire pour lui : « Le ‘vrai’ travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres qui n’arrivent pas à vivre avec leurs salaires ? » ; « Le ‘vrai’ travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail… »  peut-on lire sur son blog au milieu d’une longue liste.

Pire que le faux travail, le travail invisible

Et aussi : « Le ‘vrai’ travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ? » Sur la bonne voie mais un peu court. Elles gagnent 27 % de moins mais elles travaillent beaucoup plus, globalement.Lire aussi
Et la pénibilité du travail invisible des femmes ?
Lors de notre colloque sur « le sexe de l’économie », Delphine Roy, chargée d’études à l’Insee, l’a montré très clairement. Les femmes gagnent moins que les hommes mais « leur temps de travail total, celui qui inclut le travail rémunéré et non rémunéré est bien supérieur. » Sur les 38 milliards d'heures de travail domestique réalisées par les Français, 77 % sont pris en charge par les femmes, si l’on compte le travail domestique « dur », en dehors de celui qui peut être assimilé à des loisirs (voir tableaux ci-dessous). Aux âges médians, elles font environ 35 heures de travail domestique par semaine qui s’ajoutent souvent à un travail -mal- rémunéré. Au total, les hommes ont un temps de travail inférieur à celui des femmes. Et, précise la chercheuse, cela représenterait, si on voulait bien le compter dans les richesses nationales, 17 % du PIB, au bas mot, soit l'équivalent de la production de l'industrie en France. Et 36 % avec un mode de calcul différent. Mais ce travail là ne fait pas l’objet de fiches de payes, de cotisations sociales. Il ne donne aucun doit pour les retraites. Les travailleuses du domestique ne défilent pas le 1er mai.
Un faux vrai travail invisible et pénalisant : pour le travail rémunéré, les femmes ont moins de valeur sur le marché de l’emploi que les hommes présumés dégagés de toute obligation domestique. Elles gagnent moins. A elles les jobs précaires, sous-payés et le recours à la solidarité. Double peine, donc. Et là dessus, les candidats ne se mouillent pas. Les gros bras qui s’invectivent ne pensent pas à la pénibilité du travail de celles qui frottent leur baignoire.

Roy_diapo_1

Roy_diapo_2

E-mail
 

Commentaires   

 
#11 RE: « Vrai travail », les gros bras sont des étourdisisabelle germain 27-04-2012 04:06
Citation en provenance du commentaire précédent de Émy :
"A elles les jobs précaires, sous-payés et le recours à l’assistanat."

Serait-il possible de bannir cette injure de votre vocabulaire et d'utiliser "solidarité" à la place ?
Merci.

Une "assistée"

Vous avez tout à fait raison, c'est corrigé. Avec mes excuses. On finit par être contaminés par l'ambiance. Merci de votre vigilance. Et je viens de relire ce texte que Dominique Méda nous a fait l'amitié de publier ici : /index.php/chro niques-articles -section/chroni ques/1181-rehab iliter-la-solid arite
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#10 Un choix de mots hasardeuxÉmy 26-04-2012 16:57
"A elles les jobs précaires, sous-payés et le recours à l’assistanat."

Serait-il possible de bannir cette injure de votre vocabulaire et d'utiliser "solidarité" à la place ?
Merci.

Une "assistée"
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#9 vrai travail les gros bras sont des étourdis09 Aziza 26-04-2012 12:45
Le travail domestique est un esclavage parce que: il est IMPOSÉ, les femmes ne choisissent pas délibérément de le faire dans la majorité des cas, et lorsque les hommes "aident", ils font ce que eux ils choisissent, en général le plus gratifiant.Il est imposé sur un simple CRITÈRE DE GENRE, qui équivaut à celui de l'Apartheid Sud Africain(vous êtes Noir, vous vous tapez les boulots les plus salissants). Enfin, il est GRATUIT, ET SES bénéficiaires sont la classe masculine dominante (faut il rappeler les pourcentages de députés, sénateurs, et dirigeants d'entreprise mâles ?). Voilà pourquoi il est le symptôme de l'ippression des femmes. Qui fait la vaisselle est une question politique, c'est ce qui était dit dans un des premiers numéros du "Torchon brûle"....
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#8 Un autre article...Gerardot 25-04-2012 14:18
Bonjour !
Bel article.
Je vous recommande également, sur le même propos, l’article « travailler plus,… pour ? » à l’adresse :

www.idee-envoyee.com/.../

Bonne lecture !
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#7 Bien sûrLili 25-04-2012 12:31
Non, bien sûr, ça ne suffit pas. Il faut aussi faire évoluer les mentalités, et que les hommes s'y mettent, que certaines femmes leur laissent la place, que ça ne soit plus mal vu dans les familles/entrep rises/groupes d'amis/médias.. . bref tout le reste qui se joue à la maison et dans la société.

Mais c'est juste cette assimilation du temps passé à s'occuper de cette partie de soi qu'est sa maison et ses enfants au travail lucratif (plus ou moins...) qui me pose question. Le discours qui consiste à présenter ça uniquement comme une corvée qu'on essaie de refiler aux hommes ou à la nounou ou à la femme de ménage, ça n'aide pas non plus à la participation.

Mes parents auraient pu payer une femme de ménage, ou nous faire garder, ils ne l'ont jamais fait parce que justement, c'était leur dignité et leur fierté d'homme et de femme que d'être autonome dans la construction de leur famille et de leur maison, et que c'était aussi une joie pour eux de passer du temps avec nous et dans leur logement. Pas une corvée, qu'on se partage à moitié parce que sinon c'est injuste pour celui qui en fait plus.
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#6 RE: « Vrai travail », les gros bras sont des étourdiscih 25-04-2012 11:50
@lili
Je suis d'accord avec vous pour la réduction du temps de travail des hommes, et l'augmentation de celui des femmes à temps partiel, mais ça me fait un peu drôle qu'un article consacré au fait que ce sont les femmes qui font le plus grand nombre d'heures de travail au total (j'ajoute que le travail domestique, l'élevage des enfants, ça use aussi) se termine par un commentaire en concluant que ce sont les hommes qui travaillent trop.
Il ne faut pas oublier que même avec un temps de travail réduit, les hommes n'augmentent pas significativeme nt leur participation aux taches ménagères (il y avait une étude là dessus sur l'effet des 35h peut-être, mais je ne me souviens plus ou je l'ai vue). De plus, même avec un temps complet, ce sont encore et toujours les femmes qui se tapent le récurage des chiottes. On pourrait dire que l'égalisation des temps de travail est un facteur qui peut contribuer à l'égalité, mais qui ne suffit pas?
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#5 Suite GermainLili 25-04-2012 11:15
mais la remarque de Germain est assez juste, tous ces hommes et femmes politiques, ainsi que la plupart de leurs conseillers et conseillères, ont du personnel domestique. Donc je pense que, même pour les femmes politiques, cette dimension de la vie ne leur vient pas spontanément à l'idée...

Et au passage, on devrait faire une manif pour le vrai travail le 1er mai, parce que finalement tout le monde est d'accord, un vrai travail c'est mieux, c'est d'ailleurs pour ça que tous ceux et celles qui ont un pseudo-travail préfèreraient un vrai travail avec un vrai salaire.

Prenons-le donc au mot, notre président-candi dat : oui au vrai travail pour tous !!
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#4 MouaisLili 25-04-2012 09:58
Bon alors moi je suis complètement pour le partage 50/50 des tâches domestiques, et de l'éducation des enfants, mais compter comme "travail" ces tâches domestiques, ça me choque. Oui je sais, quand une personne extérieure vient faire votre ménage ça devient un travail avec un salaire, mais sinon ça reste s'occuper de son chez soi, s'occuper donc de soi et de son bien-être, pas d'horaire, pas d'objectif de résultat, pas de patron. Juste assumer sa vie d'adulte. J'aime pas le shopping mais il faut bien que je m'habille et ça me prend du temps, je le compte comme du travail?

C'est pas parce que ce n'est pas gratifiant qu'il faut le mettre sur le même plan que son métier. Après on peut aussi rémunérer les femmes au foyer, puisqu'elles font ce travail invisible à plein temps.

Le "travail domestique" c'est un vrai concept en économie car effectivement il y a un problème de valorisation, mais à partir du moment où vous êtes adulte, entretenir votre logement et élever votre enfant, c'est comme prendre sa douche, ça fait partie des responsabilités de la vie d'adulte.

Et puis ce schéma confirme aussi le fait que les hommes travaillent trop, ce qui les prive de la satisfaction d'être vraiment responsables et impliqués dans leur vie domestique et familiale. Posée comme cela, la question est tout aussi intéressante.

Un vrai travail (à temps plein et payé), c'est important, vital. Une vraie vie personnelle (pas 30 minutes le soir à la course), ça l'est tout autant.
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#3 70/30 !!!BenoitB 25-04-2012 09:35
Citation en provenance du commentaire précédent de germain :
Il faudrait que quelqu'un fasse dire à nos deux prétendants ce que chacun pense du vrai travail ajouté au travail domestique.
Habitant le 16° tous les deux çà pourrait être délicieux....

Citation en provenance du commentaire précédent de germain :
Il faudrait que quelqu'un fasse dire à nos deux prétendants ce que chacun pense du vrai travail ajouté au travail domestique.
Habitant le 16° tous les deux çà pourrait être délicieux....

Dans les bons jours je dois être à 30 %, sinon plutôt moins , est ce que la franchise excuse en partie ???
Citer Signaler à l’administrateur
 
 
#2 RE: « Vrai travail », les gros bras sont des étourdiscih 24-04-2012 19:46
Quelle tristesse cette reprise du 1er mai. Tous ces gens qui se sont battus pour moins et mieux travailler, et dont Sarkozy enfoui les luttes pour sa campagne.
Ce truc du vrai travail, c'est quoi, un vrai travail pour un vrai homme, avec comme vous le dites bien, de gros bras?
On sent bien en tout cas une rhétorique subliminalement sexiste poindre son nez (qui a été un leitmotiv de cette campagne, du capitaine de pédalo, aux presque "descend si t'es un homme!" du Guilvinec).
Citer Signaler à l’administrateur
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

LA SELECTION

Unes4 138x180

DOSSIER

Stéréotypes dans les médias, à l'école, dans les jouets, le sport...

En savoir +

SEXISME ORDINAIRE

Plafond de verre dans le football. Sur plus de 2000 dirigeants de clubs professionnels, de ligues nationales,...
Comment les femmes voient-elles le monde ? Peu nous chaut, semblent dire des magazines économiques...

DON

SOUTENEZ LES NOUVELLES NEWS, FAITES UN DON (défiscalisé à hauteur de 66 %)

jaimelinfo_300x100

DANS L'ACTUALITE

Plus de 100 Vietnamiennes mariées à des Chinois ont disparu. L'achat d'épouses est devenu une tradition...
Depuis 1927, des femmes ont figuré 9 fois parmi les personnes de l'année du magazine Time. Des concepts...
 Le sexisme subliminal de l’info. Cette semaine des travailleurs, un pape, des décideurs et...
Chacune à leur manière deux élues UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet et Géraldine Poirault-Gauvin, dénoncent...

Les nouvelles brèves

Libby Lane a été nommée évêque de Stockport mercredi 17 décembre. L’Église anglicane d'Angleterre...
La WTA signe le plus gros contrat de diffusion dans l'histoire du sport féminin et veut y voir « le...
Les deux prévenus au tout premier procès de l'excision, le médecin et le père d'une jeune victime,...

Débat du moment

Qu'est-ce que la richesse ?

Et si on changeait d'indicateurs pour orienter autrement les politiques publiques ?

Réagir !

Plus de Nouvelles News